[CR] L'Europe en camion, vol. 2 : Les Balkans

Envie d'échanger sur d'autres thèmes que la GPZ ? Cette section est justement là pour ça !
Avatar de l’utilisateur
kopp
Ed'Bracame Team racing
Ed'Bracame Team racing
Moto(s) : ZZR 600
Signe particulier : Docteur ès poids-lourd
Localisation : ex-URSS
Messages : 711
Inscription : 19 avr. 2010, 23:37

[CR] L'Europe en camion, vol. 2 : Les Balkans

02 nov. 2019, 19:00

Salut les amis, cette fois, je vais essayer d'être plus rapide pour vous faire un CR et ne pas attendre trois mois comme la dernière fois...
(Notez que c'était vrai quand j'ai commencé à écrire ce CR, mais que bon, Netflix, tout ça... Bref deux mois plus tard...)

Pour rappel, dans l'épisode 1, on a rallié les Alpes françaises au plat pays de la Lituanie (c'est pas très précis, tout le pays est plat :D), notamment en passant par la Croatie qui nous avait laissé un bon souvenir. Du coup, comme on n'a ni maison en construction, ni gosse, et qu'il faut reconnaitre que dans le coin, il fait pas bien chaud et les routes laissent à désirer niveau virages (sans compter qu'ils aiment bien: les graviers sur 3 km non annoncés ; économiser l'asphalte en ne recouvrant que la moitié de la chaussée ; ne pas réparer les trous), on a prévu cet été un nouveau road trip avec le vaillant ZZR, direction les Balkans.

D'après les premières idées de la Brune, on était parti pour traverser tous les pays des Balkans, rejoindre la Grèce et pourquoi pas la Turquie. Après lui avoir rappelé que je ne comptais pas faire 600 bornes par jour pendant deux semaines, on a revu à la baisse. Pendant que je m'occupais du camion, madame nous prévoyait un roadbook sur deux semaines, qui incluait une traversée rapide de la Pologne, Slovaquie, Hongrie, pour visiter Serbie, Bosnie, Montenegro, et toute la côte croate depuis Djubrovnik. Contrairement à notre précédent voyage, on avait un plan détaillé jour par jour, avec les choses à voir autour, etc. Bref, maintenant qu'on bosse et qu'on n'a que deux semaines de vacances, on ne fait plus ça totalement à l'arrache.

Donc le vendredi soir, après être parti du boulot à la bourre bien entendu parce qu'il y avait plein de trucs à finir, être coincés dans le bouchons parce qu'on célèbre ici les 30 ans de la Voie balte, je finis de remplir les sacoches, on débranche tous les appareils, on coupe l'eau, on descend le bazar (merci l'ascenseur, s'il avait fallu faire les 10 étages à pied, je serais resté chez moi) et on prend la route, direction chez les beau-parents à 100 bornes. Première petite étape, passage en réserve sur l'autoroute (toujours sympa), et on arrive sans encombre.
La moto est dans le garage, prête pour le départ le lendemain:
Image
Nan, je déconne, les bagages sont fait à l'arrache avec des choses dont on a pas besoin, et des choses dont on a besoin qui sont restées chez les beau-parents. Bref, vendredi soir, 23h, c'est le bordel on réorganise comme il faut:
Image
on élimine des choses peu nécessaires (deux semaines, 6 slips, c'est laaarge), on se rend compte qu'on a oublié les assiettes et verres de camping, le couteau suisse (surtout qu'il fait décapsuleur et tire-bouchon, et aussi tournevis cruxiforme...) mais au moins cette fois j'ai quelques outils supplémentaires (préscience, je dirais) même si je décide de laisser pince et multimètre. Une bombe de graisse, une bombe anticrevaison, les tenues de pluies (Nouvelles, on a égaré les pantalons de notre dernier voyage, mais on suit la même méthode : vêtements de chantier, ça fera l'affaire.)
La Brune prépare des sandwichs, je fais les dernières vérif' sur le camion, et un bon gros dodo; parce qu'un bon morceau de route nous attends le lendemain : un peu plus de 500 bornes pour rallier Lublin, en Pologne (complètement à l'Est, à peu près au centre point de vue latitude).
Voilà, samedi matin, 9h30 on est prêt à l'heure (facile on n'avait pas fixé d'heure :siffle:)
Image
Après la photo souvenir, on enfile les casques, on démarre le camion (c'est pas mal, il démarre), et en route pour l'aventure la première station essence venue, parce qu'on est sur la réserve, je vous rappelle... Une fois le bidon bien plein, on se met en route pour de bon.
Les fonds européens (merci pour vos impôts les gars) ont permis l'ouverture d'une autoroute vers la Pologne, qui n'était pas là la dernière fois. C'est toujours droit et ennuyant, mais il y a deux voies et on peut rouler à 130 (bref, comme sur la nationale, mais sans risquer son permis cette fois :siffle:)
La Pologne est atteinte assez vite et là aussi vos impôts ont bien améliorer les choses. C'est pas forcément de la 2x2 voies, mais c'est enfin des axes principaux faits pour se déplacer relativement vite, avec contournement des villes, bretelles d'accès et échangeurs, c'est plus serein. Bon il manque juste les aires de repos et stations essence (y a les panneaux, les voies de sortie, mais les pompes ne sont pas là...)
Grand soleil, pas trop chaud, on est bien. Passé la ville de Białystok, on quitte la direction de Varsovie, et avec ça les super belles routes. Bon, le revêtement reste correcte, mais les traversées de village désert à 50 avec radar sont légions, c'est fatigant. On tombe sur un accident (en ligne droite, faut le faire..) mais on comprend assez vite pourquoi: ils conduisent n'importe comment. Quand l'asphalte est plus large que la chaussée, les gens roulent de manière régulière sur le bas-côté pour laisser passer les fous, qui du coup doublent sans trop se poser de question (bah ouais, le gars d'en face va se pousser sur le bas côté et s'il le fait pas, tant pi), ça nous vaut quelques frayeurs avec ceux venant d'en face, et ceux qui doublent sans vraiment se donner la peine de changer de voie...
Bref, après une journée de route bien chiante, une pause pique-nique dans un parc publique, des cafés en station essence, on finit par arriver à l'hôtel, les fesses déjà bien endolories...
La Brune s'occupe d'aller à la réception pendant que bibi décharge, on se dit que pour 35 balles la nuit, la piaule est vraiment pas mal, on se change, on réserve une piaule pour le lendemain, et on file faire un tour (en passant par le Décathlon du coin histoire d'acheter deux assiettes de camping, et puis quelques courses pour le petit déj...). Lublin a au final une vieille ville toute mignonne, on mange une pizza (une chose qu'on a appris via l'expérience: en Pologne, n'essayez pas les plats locaux), on boit une bière, puis on se rentre, bien épuisé par la journée, et le lendemain, on remet ça, encore 500 bornes de route...

Deuxième jour: déjà la routine du voyage s'installe: réveil, petit déj', chargement, en route. On sort de la ville, un bout de voie rapide toute neuve, puis à nouveau route nationale toute droite, villes et village à gogo : on dirait que tous ces bleds perdus sont étendu sà fond, juste autour de la route principale, donc c'est long et chiant. On fait le plein et grignote dans une station essence, ce qui fait sourire 4 gars en jogging dans leur BMW 20 ans d'âge, qui viennent aussi de faire le plein (et pas que de mazout : hého, c'est 10h du matin il commence à faire soif...)
On s'approche d'une nouvelle grande ville (Rzeszów), voie rapide, on traverse, et on répète... la route commence à tourner un peu: on approche de la frontière, mais lignes blanches à gogo (bon ça dérange pas trop les locaux, on voit encore quelques frayeurs) et enfin on passe en Slovaquie... et d'un coup, plus personne sur les routes, alors que ça tourne toujours un peu. Bref, c'est plus sympa. On fait une pause repas dans un bled paumé, une pause essence et boisson parce qu'on se dirige vers le sud et la chaleur se fait sentir, et on part pour un petit détour, histoire de voir les ruines du Château de Spiš (Spišský hrad, pour les locaux)
Image Image
On a déjà eu l'expérience lors d'un précédent passage en Slovaquie, mais là encore on tombe sur des bidonvilles de Rom, des villages entiers là en l'occurrence, un peu au milieu de nulle part, et 500m plus loin, on tombe sur des villages tout beau tout propre. Contraste saisissant...
Bref, les routes dans le coin sont plutôt pas mal, même si le revêtement n'est pas parfait, ça tournicote pas mal quand même donc on se fait un peu plaisir. C'est bien mieux que la Pologne, y a pas à dire.
Image Image Image
On arrive à notre AirBnb du jour un peu en avance sur l'horaire prévu, dans la ville de Košice. Une douche qui ne fait pas de mal après une journée déjà chaude, une réservation airbnb pour le lendemain, une autre réservation pour les deux nuits qui suivront à Sarajevo, et on sort manger. On termine dans la brasserie locale qui soit disant est une des plus anciennes d'Europe, blabla tout le tintouin. Sauf que bon après une heure d'attente on comprend qu'ils ont oublié notre commande de nourriture (mais pas la bière, faut pas déconner non plus, on aurait réagi plus vite) donc on mangera un plat traditionnel: un kebab vite fait, parce qu'on a la dalle!
Retour à l'appart pour un bon gros dodo, parce qu'on a déjà fait 1000 bornes en deux jours (un quart de notre kilométrage de ces deux dernières années, depuis la fin du premier road trip...)

Troisième jour: direction la Serbie, via la Hongrie où on ne fera pas étape cette fois. On suit Google maps pour éviter les péages, vu qu'on ne veut pas prendre de vignette ni en Slovaquie, ni en Hongrie (on se rendra compte plus tard que la vignette coute moins de 5€ pour une semaine en Hongrie, on aurait pu la prendre pour s'éviter les détours), on passe encore par des campements étranges et perturbants, avec des gamines tout juste adolescentes et déjà enceintes, et des gosses qui courent partout, on se plante de route parce que le panneau était au milieu des arbre (on le distingue à peine en venant dans l'autre sens, et pas du tout de là où on venait, et on finit par passer la "frontière"
Image
Voilà, c'est ça l'union douanière... Bon je sais pas comment ça se passait avant, parce que là, y a même pas une ruine de cahute... Bref on est en Hongrie, on prend la route qui longe la frontière (si tu pisses sur le bord gauche, tu pisses en Slovaquie, sur le bord droit, en Hongrie), au revêtement plus que douteux, trous partout, trainées de boue, gravillons, bosses... De temps en temps un panneau qui prévient de trous sur 500m qui laisse craindre le pire, mais au final, c'est pareil. A chaque sortie de village traversé, la route s'améliore un peu, jusqu'à retrouver une bonne vieille nationale, et le trafic qui va avec.
La Hongrie, c'est la nouvelle Pologne, des gros investissement de l'UE pour transformer ces simples nationales traversant la moindre ville, en vraies routes de transit avec contournement des agglomérations. Bref, c'est bien gentil, je suis sur que dans quelques années, ça fluidifiera bien le traffic, mais là tout de suite, c'est plutôt l'inverse. Au final, une journée quelconque, sur des routes quelconques, un plein ici, une pause café là, une énorme usine Mercedes ici, etc. On "cruise" à bon rythme (du coup, la vignette autoroute ne serait pas vraiment utile ... :siffle: ), c'est pas super passionnant mais y a pire. des fois le revêtement est pas mal, des fois c'est vraiment pas gégé, avec des travaux par ci par là.
Bref, on approche la frontière à proximité de Szeged. Google nous dit qu'on peut prendre l'autoroute sans vignette à partir de là pour rejoindre la Serbie donc on s'y dirige... sauf qu'à proximité de l'entrée, les panneaux indiquent "Vignette obligatoire" (et on dirait un rajout récent, qui semble collé sur le panneau...), du coup, demi-tour, on passe par la petite route, et on arrive à la frontière.... et y a la queue... donc on retire les casques et on attend, quand les gars dans la voiture derrière nous sortent et nous disent, en allemand: avec le deux-roues vous pouvez y aller. Bon bah on y va, et en effet personne n'y trouve à redire.
On passe au premier poste (du coup, la sortie de l''UE), on demande si c'est tout bon, le gars nous dit oui, alors on commence à tracer notre chemin (bon en poussant la moto, et la Brune à pied, on n'allait pas bien vite), quand le gars de la deuxième casemate nous interpelle: ah oui, y a les douanes des deux côtés, logique! Bref, on reconnait les gens qui n'ont pas l'habitude de sortir de l'union douanière :siffle: Au passage; je remarque ce panneau sur les imports... il semblerait que la saucisse achetée ce matin soit de la contrebande... Tant pi, on est des rebelles, on est donc passé en République de Serbie, avec un vieux camion et une saucisse illégale (et non, ce n'est pas deux qualificatifs différents pour le ZZR).
Bref la journée a été longue, l'autoroute fonctionne à péage ici, donc pour la dernière centaine de borne jusqu'à Novi Sad, ce sera par l'autoroute.
Je connais un petit moment de solitude où en voulant rester sur la droite pour pas faire chier le monde qui à l'air de se diriger plutôt sur les voies de gauche, on se retrouve dans la voie spéciale PL muni d'un badge (malheureusement on a le poids-lourd mais pas le badge ...) bref, petite marche arrière sur la voie de péage, un gars sympa nous laisse nous insérer dans la file, et voilà (je crois qu'entre temps, un employé venait à notre secours mais on avait déjà fait la marche arrière...)
Sur la première aire venue, on fait une pause repas; pour manger notre saucisse... Faut reconnaitre que ça valait pas le risque de la contrebande :mdr:
Image
100 bornes et 1€70 d'autoroute plus tard on arrive à Novi Sad, même 10 bornes et on pourra se poser: 10 bornes qui prendront 1h30, car oui, au moment où on s'arrête pour payer, le camion s'arrête tout court, et ... plus de jus. Pas moyen de démarrer, une pression sur le démarreur produit un mélange de: démarreur qui ne tourne pas assez vite; de grognements et de claquement... Bref on est à 10 bornes, et en rade... on ne sait pas trop quoi faire. On essaie la poussette, la Brune pousse (bah, elle ne sait pas conduire, donc pas d'autre choix que de la faire pousser), et moi je laisse mon gros cul tomber sur la selle pour redémarrer, et bam, on redémarre. Vite on renfile les casques, on repart, et on prend la première sortie de voie rapide qui s'offre à nous (la bonne, ça tombe bien) ... et la moto s'arrête encore.
Bref, on patiente un moment, et on recommence la pousette.
On répétera l'opération encore deux fois avant d'arriver au airbnb, et malgré la nuit tombée, il fait chaud et lourd; on sue comme pas possible dans les cuirs. Mais bon, déjà on n'est pas au milieu de nul part, on a un toit pour la nuit.
Nuit qui sera courte et agitée: on est en panne, hors UE, dans un pays à alphabet cyrillique: qu'est ce qu'on va faire? On cherche donc garage moto, Google Translate pour décrire nos problèmes en pseudo langue locale (ouais hein c'est google translate quoi, j'ai des doutes sur la qualité de la traduction), on réfléchit à des plans pour continuer nos vacances sans moto si on ne trouve pas de plan pour réparer (genre, vendre la moto, prendre le bus jusqu'à la côte Croate, puis jusqu'à l'Italie pour prendre un vol retour...)
Au final, on dort tant bien que mal, on se lève tôt, on mange un bout, et on sort pour aller chercher un garage pas loin trouver sur le net.
On essaie de démarrer à la poussette, sans succès... heureusement, le vieux monsieur en train de recarreler les marches de l'immeuble nous file un coup de main, et ça démarre. On va à l'adresse indiquée, la moto s’arrête, et bien entendu, il n'y a rien à l'endroit désigné, on n'est d'ailleurs pas au bon numéro (merci google maps). La Brune part en reconnaissance, sans succès mais revient avec un plan et une adresse d'une enseigne à un peu plus d'1 km, fourni par un gars dans une boutique du coin (pas sûr que si c'était moi qui étais parti à la recherche du bouclard, je serais revenu avec autant, mais bon... on profite de nos atouts :D ). Bref, poussette, google maps, la moto cale devant le bouclard... qui n'a pas encore ouvert parce que c'est tôt. Mais au final; le mécano arrive, il parle anglais, il voit que ça charge pas, demande qui a changé le régulateur récemment, pousse un grognement négatif quand je lui dis que c'est moi, démonte un peu plus, me dit que j'ai fait de la merde en réparant mes cosses (ce n'est qu'à moitié surprenant...) mais que ça devrait être bon. Il va charger la batterie et remonter le tout, et nous dit de revenir plus tard. On rentre à l'appart, soulagés, et on se dit: tant pi pour Sarajevo, ce soir on reste ici si on peut, la moitié de la journée est passée, et on est crevé. On partira tôt le lendemain pour arriver en début d'aprèm et en profiter quand même.
Conclusion: ça valait le coup de réserver la nuit en Bosnie en avance...
Tant pi, on passe une journée au soleil en Serbie, on récupère la moto qui charge, on mange de la glace et on se repose...
Image
(Celle ci, c'est juste pour prouver qu'on n'est pas des crados, on a fait de la lessive de temps en temps :D)
Image Image
Image Image
A noter que la bouffe locale est plutôt sympa, même si un peu riche quand il fait si chaud...


Fin du premier épisode. Merci d'avoir lu. La suite bientôt (peut-être :siffle: )
un z qui veut dire Zorro ZZR
Avatar de l’utilisateur
gainsbarr
Essoreur de poignée
Essoreur de poignée
Moto(s) : GPZ900R 1984
Localisation : 11200 - Saint André de Roquelongue
Messages : 462
Inscription : 17 mars 2014, 22:56

Re: [CR] L'Europe en camion, vol. 2 : Les Balkans

02 nov. 2019, 20:55

La suite, La suite, La suite :D
Avatar de l’utilisateur
Remph
Membre à vie du GPZ Dream Team :D
Membre à vie du GPZ Dream Team :D
Contact :
Moto(s) : GPZ 500 S - 2001
Signe particulier : Motard plongeur .oO
Localisation : proche Compiègne
Messages : 1917
Inscription : 28 janv. 2013, 21:47

Re: [CR] L'Europe en camion, vol. 2 : Les Balkans

03 nov. 2019, 00:56

Excellent j'aime beaucoup ton humour !
J'ai bien rigolé avec l'histoire de la saucisse par exemple ^^
Éteint la téloche et bosse sur l'épisode 2 !
Image
Avatar de l’utilisateur
dnstouron
Modérateur
Modérateur
Contact :
Moto(s) : ZZR1100 D1 & GPZ500-E10
Signe particulier : regardez mon avatar :)
Localisation : A la campagne dans 28 proche Dreux
Messages : 8383
Inscription : 16 mai 2010, 17:36

Re: [CR] L'Europe en camion, vol. 2 : Les Balkans

03 nov. 2019, 09:21

merci pour ton CR bien vivant !!
ImageImage
ZZR un jour, ZZR toujours
Club des 100 000
POST PouAaAAAAaaaa !!!
Avatar de l’utilisateur
goldo
Membre à vie du GPZ Dream Team :D
Membre à vie du GPZ Dream Team :D
Moto(s) : GPZ
Messages : 3893
Inscription : 25 oct. 2011, 21:52

Re: [CR] L'Europe en camion, vol. 2 : Les Balkans

03 nov. 2019, 10:52

Hello ,Belle escapade ,beau CR , va falloir penser à changer de camion . :coucou: :coucou:
Avatar de l’utilisateur
Ange_blond
Administrateur
Administrateur
Contact :
Moto(s) : Zoe (GPZ - 2002)
Signe particulier : Ex-ponçeur
Localisation : Toulouse/Castelnaudary
Messages : 7446
Inscription : 15 mars 2012, 11:08

Re: [CR] L'Europe en camion, vol. 2 : Les Balkans

04 nov. 2019, 08:45

Yes ! :D
J'adore, tu raconte ça tellement bien, ça valait la peine d'attendre :)

Sympa l'histoire la contrebande de saucisse, et le poids lourd qui prend sa voie de péage :mrgreen:

Belle aventure en tout cas, même mécaniquement :siffle:
Image Image GPZ 2002
"Faites l'amour pas la guerre. Enfin non faites pas l'amour, ça fait des gosses, ça crie c'est chiant. Faites des crêpes. C'est bon les crêpes."
Avatar de l’utilisateur
kopp
Ed'Bracame Team racing
Ed'Bracame Team racing
Moto(s) : ZZR 600
Signe particulier : Docteur ès poids-lourd
Localisation : ex-URSS
Messages : 711
Inscription : 19 avr. 2010, 23:37

Re: [CR] L'Europe en camion, vol. 2 : Les Balkans

04 nov. 2019, 20:47

Merci :D
Promis je vais pas mettre deux mois pour poster la suite, j'ai déjà écrit un bon pavé!
Maintenant que j'ai commencé, j'ai la pression de publier la suite pour satisfaire mon audience :siffle:

goldo: l'année prochaine, peut-être. Je suis pingre alors on verra :D Mais en vrai, pour le duo chargé comme ça, j'aimerai bien autre chose. Déjà avant l'épisode 1 j'avais été tenté de changer pour un truc plus gros; genre vstrom 1000. Cette année aussi avant le départ, quand le camion était en panne, j'ai hésité à choisir l'option: j'achète autre chose. Mais bon le marché d'occasion est petit ici du coup... pas trouvé grand chose, donc on est reparti avec le Z²
un z qui veut dire Zorro ZZR
Avatar de l’utilisateur
goldo
Membre à vie du GPZ Dream Team :D
Membre à vie du GPZ Dream Team :D
Moto(s) : GPZ
Messages : 3893
Inscription : 25 oct. 2011, 21:52

Re: [CR] L'Europe en camion, vol. 2 : Les Balkans

06 nov. 2019, 17:28

Tu n'es pas loin de L'Allemagne ,il y a de bonnes occases en 1400 ZZR .
Avatar de l’utilisateur
kopp
Ed'Bracame Team racing
Ed'Bracame Team racing
Moto(s) : ZZR 600
Signe particulier : Docteur ès poids-lourd
Localisation : ex-URSS
Messages : 711
Inscription : 19 avr. 2010, 23:37

Re: [CR] L'Europe en camion, vol. 2 : Les Balkans

06 nov. 2019, 18:25

Ressors ta carte Michelin mon Goldo, l'Allemagne c'est à plus de 1000 botnes de route polonaises...
Pi bon un ZZR 1400 c'est juste un plus gros camion, ça n'aime pas plus les trous et le manque d'asphalte...
un z qui veut dire Zorro ZZR
Avatar de l’utilisateur
goldo
Membre à vie du GPZ Dream Team :D
Membre à vie du GPZ Dream Team :D
Moto(s) : GPZ
Messages : 3893
Inscription : 25 oct. 2011, 21:52

Re: [CR] L'Europe en camion, vol. 2 : Les Balkans

06 nov. 2019, 18:46

Yop Kopp ,
Oui tu as raison ,ça fait loin , c'est plus près sur l'écran de l'ordi :lol: :lol: .
Alors si un gros camion n'est pas utile , trouve toi un gros trail bien costaud comme celui de Remph .
Vu les kilomètres que vous faites ,il faut une moto solide, puissante ,facile d'entretien , et surtout PAS CHÈRE !!! :?
Avatar de l’utilisateur
kopp
Ed'Bracame Team racing
Ed'Bracame Team racing
Moto(s) : ZZR 600
Signe particulier : Docteur ès poids-lourd
Localisation : ex-URSS
Messages : 711
Inscription : 19 avr. 2010, 23:37

Re: [CR] L'Europe en camion, vol. 2 : Les Balkans

09 nov. 2019, 18:31

Ouais, une grosse SuperT ça a l'air pas mal pour nos besoins, mais ça reste une gros budget, et pour le moment, pas de garage (pour l'hiver c'est dans le garage de beau papa, mais l'été on n'est pas dans la même ville alors bof :D)
Bref, on verra la saison prochaine.
un z qui veut dire Zorro ZZR
Avatar de l’utilisateur
goldo
Membre à vie du GPZ Dream Team :D
Membre à vie du GPZ Dream Team :D
Moto(s) : GPZ
Messages : 3893
Inscription : 25 oct. 2011, 21:52

Re: [CR] L'Europe en camion, vol. 2 : Les Balkans

09 nov. 2019, 18:57

Va falloir te décider mon Garçon , entre les saucisses mal cuites ,et les pannes d'alternateur, voir les fils de régulateur , etc etc .
Que tu prennes n'importe quel type de moto , tu auras toujours une couille dans le potage .
Plus la machine est récente ,et plus l’électronique est défaillante ,et plus la machine est ancienne et moins tu trouves les pièces et les personnes compétentes pour réparer .
Achète un Gyropode .
Avatar de l’utilisateur
dnstouron
Modérateur
Modérateur
Contact :
Moto(s) : ZZR1100 D1 & GPZ500-E10
Signe particulier : regardez mon avatar :)
Localisation : A la campagne dans 28 proche Dreux
Messages : 8383
Inscription : 16 mai 2010, 17:36

Re: [CR] L'Europe en camion, vol. 2 : Les Balkans

09 nov. 2019, 19:28

:lol: :lol: :lol:
:kiss:
ImageImage
ZZR un jour, ZZR toujours
Club des 100 000
POST PouAaAAAAaaaa !!!
Avatar de l’utilisateur
kopp
Ed'Bracame Team racing
Ed'Bracame Team racing
Moto(s) : ZZR 600
Signe particulier : Docteur ès poids-lourd
Localisation : ex-URSS
Messages : 711
Inscription : 19 avr. 2010, 23:37

Re: [CR] L'Europe en camion, vol. 2 : Les Balkans

09 nov. 2019, 19:51

Seconde partie: rejoindre la côte Croate

Cinquième jour: direction Sarajevo et les montagnes.
Voilà, le camion est réparé, on a repris espoir pour nos vacances, on est reposé: l'aventure recommence. Un peu avant 8h du matin, on descend tout le matos, et pendant que j'attache tout le bazar sur la moto, ma chère et tendre va à la boulangerie acheté du pain et du burek, patisserie salée des balkans, qui va constituer 50% de notre régime alimentaire pour le reste des vacances. Au passage, on a été impressionnés en Serbie par le fait que tout le monde parle anglais, que ce soit au restaurant, chez le mécano, ou sur le marcher. Moi qui avais peur à cause de l'alphabet cyrillique, au final, c'était plutôt aisé.
Une fois le chargement attaché et la Brune revenue avec les pâtisseries encore chaudes, dont l'odeur me fait oublier que j'ai pris un petit déjeuner une demi heure plus tôt, on met les voiles. Première satisfaction, la moto démarre.
Navigation à la mémoire de ce que j'ai vu sur google maps, et avec quelques notes et dessins dans ma sacoche, je me plante bien évidemment, mais du coup on tombe sur une station essence (et on se rendra compte que j'ai bien fait de rater la route avant, parce qu'on ne verra plus tôt de station pendant un moment par la suite)
La route est sympa, c'est des petites collines, ça tournicote un peu dans la forêt, puis on rejoint des plaines, avec des champs à perte de vue, c'est le matin mais ça tape déjà. Je remarque que la moto se comporte bizarrement, on dirait que l'allumage ne fonctionne pas bien, elle ne prend pas tous ses tours: zut, encore un problème. Je continue à rouler, on passe un premier village, à nouveau des champs, le moteur tourne de moins en moins bien: ça sent la panne, encore. On traverse un deuxième village, craignant l'arrêt à tout moment, je cherche un garage des yeux mais y a pas grand chose. Arrivée à la sortie du village, je décide de m'arrêter à la station essence, parce que c'est mieux qu'au milieu d'un champ. Bien vu, la moto s'arrête aussi, tout court. On communique avec l'employée, qui nous dit que 300m plus tôt il y avait un garage sur notre droite: me voilà parti pour pousser le camion sur le bord de la route, heureusement pas trop passante, jusqu'au garage. Je lis pas bien le cyrillique mais c'est écrit un truc genre Autoservice diesel: coup de bol, ils doivent s'y connaitre en camion du coup!
Bon en vrai, ils sont plutôt veilles Peugeot, et c'est un mélange de garage et de ferme (derrière le garage, il y a les vaches, les porcs, et tout un tas de machines agricoles (Non, je ne parle pas de Harley-Davidson !)) Et là; on déchante: personne ne parle anglais. Mais bon, les gars sont aussi motards, on communique sur les soucis, on constate au voltmètre que non, ça ne charge pas et on s'accorde que oui, à 4000tr/min, ça devrait indiquer 14,5V environ.
Arrive la femme d'un des gars, qui parle anglais. On communique un peu plus, et ils commencent à appeler à droite à gauche pour chercher un régulo de rechange, poser des questions ou je ne sais quoi. Le gars démonte son CBR pour tester les valeurs et comparer. S'en suivent quelques heures assez dingues, passées dans ce village au milieu de nulle part. On reste assis à table à discuter tant bien que mal. Arrive un pote du grand-père, ils sortent la gnôle locale, on discute tant bien que mal, on écrit les noms en cyrilliques, etc. Arrive un gars qui parle anglais, parce les anciens l'ont appelé parce qu'ils pensaient qu'on avait besoin d'aide; alors que les jeunes s'occupaient de tout déjà. L'ancien nous rappelle que la Serbie a battu la France au basket la veille. Bref, normal quoi.
Pendant ce temps, après de multiples coup de fils à droite à gauche, le gars part chercher un régulo à 30 bornes de là, et quand il revient, on est plein d'espoir. On monte le truc et bien entendu, ça ne charge pas :mdr:, on remonte l'autre et bam, ça marche ?!? on laisse tourner un moment, en faisant monter un peu le régime, pour voir si en chauffant ça s'arrête ou quoi, mais bien. Bref, la conclusion c'est que la réparation de la veille n'est pas bien meilleure que la mienne, et que la cosse ne tient toujours pas. On sort donc la pince, on sert les cosses, on remonte le tout en poussant difficilement avec un poinçon, on remonte toute la brêle, ça charge toujours... Entre temps, la femme du gars a dû repartir dans le village d'à côté parce qu'il y a une fête, mais un autre voisin sorti de nulle part, aussi motard et parlant anglais est arrivé pour assurer la traduction. Au final, on convainc qu'on devrait essayer de changer la connectique ou autre, mais là au milieu de nulle part, ça va être dur. Donc en attendant de trouver mieux dans une grande ville, ils appellent la quincaillerie du village suivant pour voir s'ils ont un chargeur pour nous, et l'idée est donc d'avoir toujours un chargeur avec nous: en cas de problème, on peut toujours s'arrêter chez n'importe qui avec une prise pour recharger et récupérer quelques dizaines de bornes d'autonomie. Je trouve ça un peu inutile mais ça rassure la brune. Au village suivant, on achète donc un chargeur (bah oui, on a tellement de place sur la moto) qu'on paie avec un mélange de dinars et d'euros, qui au final n'est pas optimum puisque d'après les spécifications, il ne prend en charge que les batteries à partir de 20Ah... Mais bon voilà, on a un chargeur bas de gamme orange dans le coffre, la Brune est un peu rassurée. On engloutit une bouteille de boisson fraiche et on repart. Il est 14h, on a fait 80 bornes: l'après midi " Visite de Sarajevo" se transforme en: j'espère qu'on va arriver avant la nuit, voire j'espère qu'on va arriver tout court.
C'est pas forcément très marrant comme route, au milieu des champs, en plein soleil, il fait vraiment chaud, même en roulant, on cuit, mais au final, vers 16h30, enfin:
Image
On n'est pas arrivé pour autant, il reste 130km et 2h30 de route d'après Maps. Mais la bonne nouvelle, c'est qu'on retrouve les montagnes, et de l'ombre.
Image
Peut-être que j'aurais dû m'arrêter ici pour m'occuper de l'amorto rincé du ZZR ? :siffle:
On est donc sur un axe principal pour relier la capitale, mais ça tourne dans tous les sens, et c'est plutôt bien revetu, c'est donc sympa, même si à chaque fois qu'on se retrouve loin de toute habitation, j'ai un petit stress que la bécane s'arrêtent à nouveau. Chaque sous-régime me fait flipper, c'est dommage.
Bon, on est sur un axe principal, ce qui n’empêche pas au détour d'une épingle de trouver un tas de voiture arrêtées et des gars qui vendent n'importe quoi: des bouteilles d'alcools qui ont l'air maison, des aspirateurs et autres appareils... Normal quoi.
Il y aussi pas mal de flics, mais les gens font des appels de phare bienvenus...
Bon et surtout:
Image
A plusieurs occasions des vaches qui errent au bord de la route, ou bien des troupeaux de moutons...
Mais dans l'ensemble; fin de journée, soleil qui se couche qui donne une super lumière, route de montagne et décors sublimes, c'est plutôt agréable: on aime déjà la Bosnie!
Image
Malheureusement pas vraiment de photo de tout ça, mais des souvenirs pleins les yeux.
Ma passagère qui vient d'un plat pays est émerveillée à tout instant. Même moi, venant des Alpes en gros con blasé, j'en profite. J'ai l'impression d'être à la maison.
Une pause essence, on en profite pour finir les bureks acheté le matin (que ça semble loin, la bonne odeur des pâtisseries encore chaudes), debout à côté de la moto: c'est ça le romantisme des vacances :D et on repart parce que la nuit tombe (à 20h il fera complètement nuit)
On fait quand même une dernière pause dans des gorges, la brune veut faire des photos (qui ne rendent rien du tout du décor)
Image Image
A la place vous avez le droit à une photo du camion, et une la brune qui prend en photo le camion depuis l'autre côté de la nationale qu'elle a traversée en courant.
On arrive dans Sarajevo, on rate notre auberge dans le sens unique (dont une voie partagée avec le tramway, ça fait toujours bizarre), on se retrouve à tourner dans des petites rues tout à sens unique et à forte pente, et vers 19h00 enfin on a garé la moto et poser les sacs dans la chambre. On se change vite fait parce que l'hôte de l'auberge nous propose une petite visite du centre historique, et que deux jeunes néerlandaises attendent déjà pour aller.
Sarajevo est vraiment chouette, au croisement des civilisations musulmanes et chrétiennes, le changement s'effectuant en quelques dizaines de pas dans la vieille ville. Je ne vais vous faire l'histoire de la ville, ni de la Bosnie ou de la guerre en ex-Yougoslavie, parce que c'était vraiment moche. Par ci par là, on voit encore les éclats d'obus tirés dans les années 90, ça fait quelque chose.
Image Image
Quelques encablures plus loin, le lieu de l'assassinat de l'archiduc François-Ferdinand...
Bref Sarajevo a été au centre de l'histoire européenne du XXe siècle, et ça se sent...
Bref, après cette petite promenade, on s'arrête pour manger des cevapi, un plat traditionnel à base de viande... D'ailleurs en général, si vous êtes végétarien, les Balkans ne sont pas une destination recommandé culinairement :roll par contre si vous n'aviez rien contre la cruauté animale, c'est plutôt sympa :D
Image
Et bien entendu notre petite bière quotidienne :siffle:
Après ça, un bon gros dodo, sans trop trainer parce qu'on doit vider les lieux pour 11h30 et on aimerait visiter un peu plus, et avec la lumière du jour.
Sixième jour: On commence donc par un petit tour dans la vieille ville musulmane, achat de quelques souvenirs et petit déjeuner avec le café typique bosniaque, et les pâtisseries qui l'accompagnent:
Image Image Image
Et après avoir pris des forces, on se dirige vers le téléphérique construit pour les JO, qui mènent entre autres aux ruines de la piste de bobsleigh. La Brune n'a jamais pris de téléphérique ou presque (la honte, y en a un dans ma ville natale, mais on est trop radin :mdr:) donc rien que ça, c'est l'extase...
Image Image Image
Comme on est vachement original et que personne ne l'a fait avant nous :roll:, on prend des photos dans les ruines :
Image Image Image
Apparemment certaines choses ne sont pas prévu pour les grands enfants :mdr:
Image
Après ça, on rentre vite se préparer pour reprendre la route, direction la Croatie, via Mostar (vous savez, ce fameux pont...)
On prend un peu l'autoroute dans les montagnes, des ponts et des tunnels. Dans un de ces derniers, je remarque une moto dans mon rétro, mais je résiste à l'envie idiote de faire jouer les gaz pour profiter du Devil, ou autre connerie du genre: grand bien m'en a pris, de retour à la lumière du soleil, il s'avère que c'était un flic qui a l'air très satisfait de mon grand respect du 90: grand sourire, signe de main, pouce levé, avant d'ouvrir les gaz et de nous laisser à notre rythme. Bref, ils ont l'air sympa les bleus dans ce pays :D
Quelques kilomètres plus loin, hors de l'autoroute, on retrouve notre ami sur un parking à la sortie d'un tunnel, en train de discuter avec un gars en Z3, à nouveau, grand sourire, :coucou: :pouce2: :v: je réagis trop tard pour avoir le temps de m'arrêter mais je regrette un peu, la vue avait l'air sympa et je pense que ça aurait été une discussion marrante :D
Tant pi, on continue sur une route toujours aussi sympa, bon revêtement, décor très sympa, et trajectoires cool. Malheureusement difficile de s'arrêter sur le bas côté, le moindre espace étant pris par la voiture d'un gars vendant soit du miel, soit des peaux de moutons, ou autre étrangeté...
Image Image Image Image
Vous remarquerez la pause repas dans un cadre idyllique, une fois de plus. Par désespoir de trouver un endroit sympa, rongé par la faim, on s'est décidé là et bien entendu, 5 minutes après être repartis, on est tombé sur sur une aire au bord du lac avec tables... Bref, tant pi, l'essentiel c'est qu'on n'a plus faim.
Les quelques dizaines de kilomètres restant avant Mostar sont relativement chiant, il y a un peu de vent, il fait chaud, et surtout énormément de traffic, et peu d'espace pour doubler, mais on finit par rejoindre la ville, et on tente tant bien que mal de suivre les panneaux pour trouver ce fameux pont, on se perd, il fait extrèmement chaud dans le cuir, ce qui rend tout ça très désagréable, mais on finit par approcher de la zone très touristique et piétonne... Bref on gare la moto, et on se pose à la terrasse du café le plus proche pour commander quelques rafraichissements. Comme il faut laisser tout le bazar, sur la moto, on ira chacun à son tour voir le dit pont, et ses nombreux touristes...
Image
C'est une jolie vieille ville, l'eau bien transparente et bleu-vert donne envie de se baigner, mais voilà, c'est juste plein de touristes, et on a décidé de dormir en Croatie, on a trouvé pour deux nuits sur la côte (à la terrasse du café, à 15h: vachement prévoyant, non?
Donc après de multiples boissons fraiches, avoir discutés avec des Lituaniens venus en voiture en deux jours (et là on se demande pourquoi on s'inflige toute ça), on renfile les cuir et on prend la route, et toute de suite on retrouve les montagnes et une température plus agréable. On s'arrête dans une station essence déserte pour faire le plein, et dépenser nos dernières pièces de monnaie locale en Ice Tea, le pompiste sort de sa caisse pour discuter un peu, nous confirmer la direction, et nous souhaiter bonne route. Les gens sont vraiment sympa et chaleureux ici
Encore une fois, de la belle route, plutôt montagneuse, et on rejoint finalement la frontière
Image
Comme on ne sait pas trop si c'est acceptable ici de remonter la file, et que ça l'air de bouger assez vite, on coupe le moteur, ouvre les vestes, retire les casques, et la miss marche à côté de la moto que je pousse, ce qui fera sourire à peu près tous les douaniers qui me voit assis sur la moto à pousser, et qui s'inquiète de savoir si on a un problème. Non non, c'est juste pour le bruit et la chaleur, déjà tout juste supportable moteur éteint. D'ailleurs, pour la première et unique fois lors de tous nos passages de frontière, on nous demande les documents du Z²...
Nous voilà de retour en Union Européenne, et à la sortie d'un très long tunnel, la mer apparait enfin ! Voilà enfin nos "vacances" au bord de la mer qui commencent
Image Image Image
On rejoint la station balnéaire de Makarska, notre logement, et vite, on sort les maillots de bains et on va pour notre première baignade alors que la nuit tombe
Image
Après ça on peut aller acheter de quoi grignoter et faire un tour dans la ville, avant de se reposer pour notre première journée de vacanciers normaux, sans moto...

Fin du deuxième épisode
un z qui veut dire Zorro ZZR
Avatar de l’utilisateur
dnstouron
Modérateur
Modérateur
Contact :
Moto(s) : ZZR1100 D1 & GPZ500-E10
Signe particulier : regardez mon avatar :)
Localisation : A la campagne dans 28 proche Dreux
Messages : 8383
Inscription : 16 mai 2010, 17:36

Re: [CR] L'Europe en camion, vol. 2 : Les Balkans

09 nov. 2019, 20:06

J'adore
Merci pour ton partage
ImageImage
ZZR un jour, ZZR toujours
Club des 100 000
POST PouAaAAAAaaaa !!!
Avatar de l’utilisateur
Ange_blond
Administrateur
Administrateur
Contact :
Moto(s) : Zoe (GPZ - 2002)
Signe particulier : Ex-ponçeur
Localisation : Toulouse/Castelnaudary
Messages : 7446
Inscription : 15 mars 2012, 11:08

Re: [CR] L'Europe en camion, vol. 2 : Les Balkans

12 nov. 2019, 09:03

Excellent récit !
C'est super de nous raconter ça, avec les anecdotes et l'humour qui vont bien.
N’empêche que pour un bricoleur "léger" tu vis plus d'aventures mécaniques que nous autres :lol:
Image Image GPZ 2002
"Faites l'amour pas la guerre. Enfin non faites pas l'amour, ça fait des gosses, ça crie c'est chiant. Faites des crêpes. C'est bon les crêpes."
Avatar de l’utilisateur
goldo
Membre à vie du GPZ Dream Team :D
Membre à vie du GPZ Dream Team :D
Moto(s) : GPZ
Messages : 3893
Inscription : 25 oct. 2011, 21:52

Re: [CR] L'Europe en camion, vol. 2 : Les Balkans

12 nov. 2019, 18:18

c'est chouette , Beau CR . :clap2: :clap2:
Avatar de l’utilisateur
gainsbarr
Essoreur de poignée
Essoreur de poignée
Moto(s) : GPZ900R 1984
Localisation : 11200 - Saint André de Roquelongue
Messages : 462
Inscription : 17 mars 2014, 22:56

Re: [CR] L'Europe en camion, vol. 2 : Les Balkans

13 nov. 2019, 23:24

C'est clair que çà donne envie, bravo :clap2: :clap2: :clap2:

Revenir à « Discussions libres »

Connexion · Inscription

Big brother

Au total, il y a 7 utilisateurs en ligne :: 2 inscrits, 0 invisible et 5 invités
Utilisateurs inscrits : Ange_blond, Bing [Bot]
Le nombre maximal d’utilisateurs en ligne simultanément a été de 144 le 02 nov. 2014, 13:15
244503 messages
11893 sujets
4347 membres
Notre membre le plus récent est GPpèreZ
Aucun membre ne fête son anniversaire aujourd’hui.